Inspirations

Parce que tout ce que l'on voit et ressent peut devenir une source d'inspiration.

Les photographes

Les photographes

Jeanloup Sieff

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Naissance: Jeanloup Sieff nait en 1933 de parents d'origine polonaise.

Décès: 20 septembre 2000 (66 ans) à Paris



Parcourt:

Il doit sa première parution en 1950 au magazine Photo-Revue.

Jeanloup Sieff photographie les plus grands modèles des années 1950 et 1960, tels Dorian Leigh en fin de carrière, Marie-Hélène Arnaud, Simone D'Aillencourt avec qui il travaille souvent, la « superbe » — d'après ses mots — Ivy Nicholson, Denise Sarrault dont elle dit qu'« il fut mon porte-bonheur » à la suite de la série d'images que Jeanloup Sieff réalise à Monte-Carlo avec elle pour le Jardin des Modes en avril 1960 ; par la suite, ils travailleront de nouveau ensemble plusieurs fois, toujours pour le Jardin des Modes, mais également pour Harper's Bazaar. Il travaille également avec la protégée de David Bailey, le modèle alors mondialement connu Jean Shrimpton pour le Vogue américain, Hiroko Matsumoto le mannequin vedette de la cabine de Cardin ou Nico avant que celle-ci ne soit connue. Il photographie aussi Jane Birkin, alors âgée de dix-neuf ans pour Harper's Bazaar.

Jeanloup Sieff entre à l'agence Magnum en 1958 et la quitte l'année suivante. Il obtient alors le prix Niépce pour un reportage sur le Borinage en Belgique. Au début des années 1960, il rejoint Frank Horvat à New York et partage avec lui un studio durant six mois. À même période, Jeanloup Sieff commence sa collaboration, sous la responsabilité de Beatrix Miller et Norman Parkinson ainsi que pour peu de temps David Hamilton comme directeur artistique, avec la magazine britannique Queen, suivi peu après par les photographes anglais Terence Donovan et Brian Duffy puis bien d'autres. Durant la même époque il travaille également avec les américains ; Sieff est sous contrat avec Ladies Home Journal, est publié dans le Harper's Bazaar à de nombreuses reprises. À partir de 1963, il collabore aussi régulièrement au British Vogue. D'autres magazines tels le Glamour anglo-saxon ou Nova publieront ses photos.

Il photographie nu le couturier Yves Saint Laurent pour une publicité en 1970 ; cette photo fait alors scandale. L'année suivante, il fait la couverture de Photon. En 1972, il est invité d'honneur des Rencontres d'Arles où a lieu la projection du film Jacques-Henri Lartigue et Jeanloup Sieff présentée par Michel Tournier.

 Source: Wikipédia

Site officiel: www.jeanloupsieff.com

 

Richard Avedon

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Naissance: Richard Avedon 15 mai 1923 à New York

Décès: le 1er octobre 2004, San Antonio, Texas.



Parcourt:

Il a réalisé un travail qui allait du reportage photo à la mode, des orphelins de Danang pendant la guerre du Viêt Nam aux portraits de Marilyn Monroe, Brigitte Bardot ou Sophia Loren. Il restera connu pour ses innombrables portraits en noir et blanc. Avedon a su faire de la photographie un art véritable après avoir initialement rencontré le succès avec la photographie de mode.

Avedon est né à New York dans une famille juive d’origine russe. Son père est un commerçant dans l'habillement. Il lui offre son premier appareil photographique à l'âge de 10 ans avec lequel il réalise le portrait de Sergueï Rachmaninov, le voisin de ses grands-parents. Sa mère assure son éveil artistique. Après avoir brièvement fréquenté l’université Columbia, il commence sa carrière de photographe dans la marine américaine (corps de la Merchant Marine) en 1942, en prenant des photographies d’identité des équipages avec le Rolleiflex que son père lui avait offert.

En 1944, il commence à travailler comme photographe publicitaire pour un grand magasin mais est rapidement découvert par Alexey Brodovitch, directeur artistique du magazine de mode Harper's Bazaar et directeur d'une école de design. En 1946, Avedon créé son propre studio et fournit des photographies pour des magazines comme Vogue et Life. Il devient rapidement le directeur de la photographie de Harper's Bazaar, sous la responsabilité de Carmel Snown, et réalise en 1955 les photos Dovima with elephants qui deviendra bien plus tard la photographie de mode la plus chère de l'Histoire. Avedon s’éloigne des techniques de prise de vue de la photographie de mode, où les modèles semblent ne rien ressentir : il montre, au contraire, des modèles emplis d’émotions, en train de rire ou de sourire, et souvent, en action.

En 1966, Avedon, débauché par Alexander Liberman peu après Diana Vreeland, quitte son travail chez Harper's Bazaar et rejoint Vogue ; il collaborera avec ce magazine durant 25 ans1. Avedon, continue son travail de photographe de mode, mais se lance dans des travaux plus personnels : il photographie des malades internés dans des hôpitaux psychiatriques, la lutte pour les droits civiques aux États-Unis ou encore des manifestants contre la guerre du Viêt Nam.

Avedon réalise deux célèbres séries de portraits des Beatles. La première, réalisée à la fin de l’année 1966 ou au début de 1967, est devenue une des premières affiches majeures du groupe et est composée de cinq portraits psychédéliques : quatre portraits individuels en couleurs fortement solarisés (solarisation des tirages par son assistant, Gideon Lewin, retouche par Bob Bishop) et un portrait de groupe en noir et blanc pris avec un Rolleiflex et un objectif Planar. L’année suivante il réalise des portraits plus retenus, inclus dans le White Album en 1968.

Avedon s’est toujours intéressé à la manière dont le portrait photographique traduit la personnalité et l’âme de son sujet. Tandis que sa réputation comme photographe allait grandissante, il amena dans un studio de nombreux visages célèbres et les photographia avec un grand format 8x10. Ses portraits se distinguent facilement par leur style minimaliste où la personne regarde directement l’objectif, en posant bien de face, sur un fond totalement blanc.

 Source: Wikipédia

Site Officiel: www.avedonfoundation.org

 http://www.biography.com/people/richard-avedon-9193034 (Anglais)

Robert Doisneau

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Naissance: Robert Doisneau né le 14 avril 1912 à Gentilly 

Décès: le 1er avril 1994 à Montrouge.



Parcourt:

Photographe français, parmi les plus populaires d'après-guerre. Il fut, aux côtés de Willy Ronis, d'Édouard Boubat, d'Izis, d'Émile Savitry et d'Yvette Troispoux, l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

Robert Doisneau est l'un des photographes français les plus connus à l'étranger notamment grâce à des photos comme Le Baiser de l'hôtel de ville. Ses photographies noir et blanc des rues de Paris d'après-guerre et de sa banlieue ont fait sa renommée.

Doisneau est un passant patient qui conserve toujours une certaine distance vis-à-vis de ses sujets. Il guette l'anecdote, la petite histoire. Ses photos sont souvent empreintes d'humour mais également de nostalgie, d'ironie et de tendresse.

Robert Doisneau travaillait sur Paris, ses faubourgs et ses habitants : artisans, bistrots, clochards, gamins des rues, amoureux, bateleurs, etc. Il enregistra pendant près d'un demi-siècle des milliers de portraits du petit peuple de Paris.

Il a participé au Groupe des XV aux côtés de René-Jacques, de Willy Ronis, de Pierre Jahan, dans les années (1950)

Robert Doisneau utilisait comme appareils photo des Rolleiflex format 6x6, Nikon F et Leica format 24 × 36.

 Source: Wikipédia

Site Officiel: http://www.robert-doisneau.com/fr/

 

Robert Capa

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Naissance: Robert Capa, né Endre Erno Friedmann le 22 octobre 1913 à Budapest.

Décès: le 25 mai 1954 en Indochine.



Parcourt:

A couvert les plus grands conflits de son époque et est un des fondateurs de la coopérative photographique Magnum, première de ce genre à voir le jour.

Il naît dans une famille juive hongroise aisée et non pratiquante ; ses parents Pédro et Sophie Friedmann sont propriétaires d'une maison de couture à Pest.

À l’âge de 17 ans, il est arrêté pour avoir participé aux activités politiques d’étudiants de gauche. Le régime politique autoritaire de l’amiral Horthy le libère à la condition de quitter sa contrée natale. Il part en juillet 1931 pour Berlin. Il a alors pour maître à penser l'écrivain Lajos Kassák et se donne pour objectif de faire carrière dans le journalisme. Grâce à son amie d’enfance exilée Eva Besnyö, il trouve un premier travail comme apprenti développeur dans une agence photographique berlinoise. Parallèlement, il suit des études de sciences politiques à la Deutsche Hochschule für Politik.

Il fait la connaissance de Simon Gutman, fondateur de l’agence photos Dephot (Deutscher Photodienst), qui lui donne l’occasion de couvrir son premier sujet, Léon Trotski. Il part en novembre 1932 pour Copenhague afin de photographier le responsable communiste, alors pourchassé par des assassins aux ordres de Staline.

Il quitte en 1933 l’Allemagne lorsqu'Adolf Hitler accède au pouvoir, gagne Vienne mais le chancelier chrétien-social Engelbert Dollfuss y établit une dictature cléricalo-fasciste, aussi émigre-t-il finalement à Paris à l’automne 1934. Il rencontre dans les cafés de Montparnasse Henri Cartier-Bresson et d'autres juifs émigrés, tels que « Chim » (David Seymour) et André Kertész. Il décide de franciser son prénom et se fait désormais appeler « André Friedmann ».

Au café A. Capoulade à Paris, il fait en septembre 1934 la connaissance de Gerda Taro, une étudiante allemande antifasciste d'origine polonaise, qui d’assistante, devient photographe. Il fréquente l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires où elle est inscrite, comme ses principaux amis ou collègues photographes.

En 1936, il échafaude un subterfuge en sa compagnie en se forgeant la légende d’un photographe américain. Ses photos se vendant très mal, il décide de prendre un pseudonyme : « Robert Capa », qui sonne plus américain et est plus facile à prononcer. Il invente tout un personnage autour de ce pseudonyme. Capa est américain, Capa est chic, Capa est riche, Capa est mondain.

Le nom « Capa » peut avoir été choisi pour sa ressemblance avec celui du réalisateur américain Frank Capra. Mais cápa signifie aussi « requin » en hongrois, et ce surnom semble avoir été donné au jeune Friedmann.

La même année, il participe à la création de l’agence Alliance-Photo aux côtés de Pierre Boucher et de Maria Eisner. Il immortalise notamment le Front populaire par sa photo du 14  juillet 1936.

 Source: Wikipédia

En savoir plus: Robert Capa

 

Robert Frank

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Naissance: Robert Frank est un photographe américain d'origine suisse, né le 9 novembre 1924 à Zurich (Suisse).



Parcourt:

Ayant découvert la photographie dans sa douzième année, il entre, en 1941, en apprentissage chez Hermann Segesser : celui-ci lui fait découvrir Paul Klee.

Robert Frank devient un photographe majeur des années 1950 et 1960, mais aussi un cinéaste indépendant engagé. Il voyage au Pérou en 1948. En 1954, il épouse Mary, et a avec elle deux enfants, Pablo et Andrea. Jusqu'en 1955, il expose souvent au musée d'art moderne de New York. Son œuvre la plus connue est son livre de photographies intitulé The Americans (Les Américains, 1958). Il adopte un point de vue ironique et extérieur sur la société américaine, et suit en 1955 et 1956 le trajet de la fameuse Route 66, parmi d'autres routes de l'ouest américain.

Robert Frank a contribué au mouvement Beat, pratiquant la traversée des États-Unis ; Jack Kerouac a été l'un de ses compagnons de route lors d'un voyage en Floride en 1958. En 1960, il met son appareil Leica de côté et se consacre davantage aux films : Pull My Daisy (1959, sur les Beats) et Cocksucker Blues (1972, sur les Rolling Stones), Keep Busy (1975), Life Dances On (1979), Energy and How to Get it (1981) et This Song for Jack (1983). En 1987 sort son film Candy Mountain un superbe road-movie, quintessence de la culture américaine qui a toujours passionné Robert Frank. L'histoire est simple : « Les guitares d'Elmore Silk, sont des raretés qu'on s'arrache à prix d'or. Julius, un jeune homme qui se rêve rock star, est envoyé sur les routes à la recherche du mystérieux luthier ». Ce film est tourné entre New York et Cap Breton en Nouvelle-Écosse. Le leader des Clash, Joe Strummer y tient un rôle ainsi que Tom Waits et l'actrice Bulle Ogier. Julius est joué par l'acteur Kevin J.O'Connor.

 Source: Wikipédia

Ils en parlent: 

 Esprits Nomades

 http://www.imdb.com/name/nm0291071/ (Anglais)

 

Plus d'articles...

  1. Sonia Sieff
  2. Willy Ronis
  • David Bailey

    David Bailey

    Naissance: David Bailey né le 2 janvier 1938 à Leytonstone Londres

    Lire la suite
  • David Hamilton

    David Hamilton

    Naissance: David Hamilton est un photographe et réalisateur britannique, né

    Lire la suite
  • Erwin Olaf

    Erwin Olaf

    Naissance: Erwin Olaf, né Erwin Olaf Springveld en 1959 à

    Lire la suite
  • Helmut Newton

    Helmut Newton

    Naissance: Helmut Newton, né Helmut Neustädter, le 31 octobre 1920, à

    Lire la suite
  • Henri Cartier Bresson

    Henri Cartier Bresson

    Naissance: Henri Cartier-Bresson le 22 août 1908 à Chanteloup-en-Brie. Décés: le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3